Atelier Réseaux sociaux

Atelier ~ 45 minutes : T’as pas Snapchat ?!

L’objectif de cet atelier est d’aider les participant-e-s à comprendre le fonctionnement et les enjeux de Snapchat.

Temps 1 (15 min) : pratiques et connaissances des réseaux sociaux

Objectifs :

  • comprendre le chemin parcouru par un message et son stockage sur les serveurs de l’entreprise.
  • comprendre le traitement de nos données pour la revente à des publicitaires.

Démarrer une discussion sur les pratiques autour du réseau social étudié (type de messages envoyés, fréquence d’utilisation…). Snapchat (créé en 2011 par une société américaine) a connu un succès fulgurant car il a été le premier réseau social à permettre  l’utilisation de filtres, la création de stories, et d’envoyer des messages éphémères à des personnes ciblées. Il nous semble important  de souligner que ce qui se partage/raconte sur les réseaux sociaux ce sont nos vies.

Mais au fait, quel chemin parcourt un “Snap” ? Lorsque j’envoie un message, il emprunte soit la 4G et les antennes relais, soit la Wifi et la box internet. Cette technologie utilise le réseau téléphonique qui est calibré sur la vitesse du son. Pour l’anecdote, les premiers câbles téléphoniques ont été tirés entre les Etats-Unis et l’Europe en 1932. Le “Snap” file jusqu’aux serveurs de Snapchat situés en Californie. Il y reste stocké quelques temps, et ce même si l’utilisateur ne voit plus le contenu via l’application. Cela pose donc la question de la propriété du message…

Condition sine qua none pour utiliser n’importe quel réseau social : l’acceptation des CGU (Conditions Générales d’Utilisation). Ce contrat prévoit entre autres que le contenu des messages (textes, photos, vidéos) devient propriété du réseau social. Aux CGU s’ajoutent toutes les demandes d’accès aux fonctions et données du smartphone comme la galerie photos, les contacts, etc (liste des autorisations sur Android). L’analyse de toutes ces données permet aux entreprises de très bien connaître leurs utilisateurs et leurs habitudes… et ainsi de les cibler.

A ce stade, il apparaît nécessaire de s’interroger sur les sources de financement du système. Alors que les réseaux sociaux sont d’apparence gratuits, comment les sociétés qui les possèdent gagnent-elles de l’argent ? Grâce à la publicité, au sponsoring, au placement de produit… Plus j’utilise un réseau social, mieux il me connaît, plus il est à même de me proposer une publicité susceptible de m’intéresser. C’est cette capacité à cibler les usagers qui est se monnaie très cher auprès de marques.

Temps 2 (15 minutes) : “mate mes shoes”, expérience de collecte de données

Objectifs :

  • analyser une photo et en extraire des données
  • mesurer comment exploiter ces données.

Visionner ensemble une photo plutôt banale et a priori anonymisée.

On imagine ici que la personne présente sur l’image est celle qui a envoyé la photo via l’application à ses contacts. Les participants doivent relever les éléments qu’ils voient. Modèle et marque des chaussures, mobilier d’établissement scolaire, jean troué et fleuri, etc. Grâce à tout cela, on peut en déduire qu’il s’agit d’une jeune fille (sans doute une collégienne) dont on devine les goûts vestimentaires, le budget qu’elle y consacre, etc. Dans d’autres messages, le niveau de langage, les emojis utilisées peuvent aussi donner des indications sur l’âge, la connexion, elle, permet de connaître la localisation de l’utilisatrice.

L’idée est ici de se mettre à la place de l’entreprise et de mesurer le nombre d’informations récoltées par celle-ci sur notre vie privée. La synthèse de ces informations peut servir, dans l’exemple ici analysé, à une enseigne de chaussures proche géographiquement de l’utilisatrice qui propose un modèle de baskets équivalent… 

Attention, il faut toutefois relativiser cette expérience. Les algorithmes collectent principalement les métadonnées et font peu d’analyses d’image comme proposer ici.

Temps 3 (15 minutes) : que sait un réseau social de moi ?

Sur Snapchat, un utilisateur peut connaître les données collectées par l’entreprise sur lui. Pour cela, il suffit de se rendre sur l’application et de Télécharger mes données (dans les paramètres).

Ces données sont envoyées en 24 heures sous forme de sept fichiers html, lisibles sur n’importe quel navigateur (Firefox, Chrome, Internet Explorer…). Les fichiers sont envoyés dans la journée. Nous avons fait l’expérience, tous les fichiers sont à retrouver ci-contre.

Pour l’exercice, il est plus intéressant de récupérer les données d’un utilisateur intensif de Snapchat. Qu’y trouve-t-on? Des informations sur nos données de connexions (date, lieu, heure…), la fréquence des messages envoyés, les ami-es avec lesquels nous échangeons, nos centres d’intérêt…

Cette expérience est souvent intense pour certains-nes participant-es. Ils-elles sont loin de se douter que tous les messages qu’ils-elles ont envoyés (certains parfois très intimes) sont stockés et analysés quelque part dans le monde. Ils est intéressant en fin de séance de discuter avec eux de l’utilisation qu’ils-elles avaient de Snapchat avant cet atelier et l’utilisation qu’ils-elles pourraient en avoir après.

Exemple de données collectées
Exemple d'un profil Snapchat
Lors du téléchargement de données d’un compte Snapchat, vous obtiendrez sept fichiers .html à ouvrir avec votre navigateur. Il ne s’agit pas des données brutes mais du profil de l’utilisateur élaboré via les algorithmes de Snapchat. Voici le profil que nous utilisons lors de nos décryptages, il appartient à un animateur de CAP Nomade, il est anonyme.

Ce profil n’est pas complet, l’utilisateur en question n’ayant que très peu utilisé ce réseau social. Il n’en reste pas moins intéressant à analyser. Les feuilles les plus pertinentes sont user_profile, il détaille l’âge, le genre et les principaux lieux de connexion de l’utilisateur. Le snap_history revient sur l’ensemble des snap envoyés et reçus par l’utilisateur. L’ account revient sur les informations du compte de l’utilisateur et recense notamment les adresses IP utilisées pour se connecter et le détail des appareils utilisés. Pour le reste des feuilles elles sont souvent vides faute de données purchase_history, ranking, shared_story, supportnote.

Nous sommes toujours demandeur de nouveaux profils à étudier, n’hésitez pas à nous en faire parvenir, ainsi que vos remarques à contact@asso-synapses.org

libero sed Aliquam Lorem pulvinar ut neque. diam risus tristique